10eme jour : journée Club-Med à Pompadour

Samedi 29 août 2009
Après une matinée de route lourde en ronflements, nous arrivons enfin à Pompadour, dans le lieu qui abritera notre dernière soirée, notre soirée d’adieu. Avant même que nous puissions descendre du bus, le gérant du village prend possession de Joli-Coeur pour nous décrire sa vive émotion de nous recevoir moins de 24 heures dans ces lieux. On pleurerait presque avec lui… Tout ça pour quelques sherpas, employés du Club, fassent 50 mètres avec nos valises pour les déposer dans un bâtiment quelconque, en vrac, dans l’escalier. Ça commence fort.
Grosse surprise pour eux de voir que tout le monde n’est pas majeur : il faut donc trier le groupe en deux, les oranges et les violets. Une histoire d’alcool soi-disant, de sauna interdit aussi. Une histoire pour faciliter le transit quoi. Toujours avec son regard vitreux de lapin illuminé par les phares d’une voiture, on nous apprend que nos chambres ne sont pas prêtes alors en guise de consolation, nous nous jetons comme des affamés sur le buffet avant de commencer l’après-midi farniente. Au programme : ballade dans les écuries, parcours sportif, piscine, bronzette, ping pong. Un G.O. vient nous proposer des « activités super marrantes! » pour l’après-spectacle. Comment lui dire poliment que la baballe au prisonnier, c’est pas trop notre truc ? Il le comprendra quelques heures plus tard en voyant toutes les filles arriver en robe. Car après plus de 30 minutes douche-coiffage-maquillage-recoiffage-cavacommeca?, nous entamons notre soirée.

Ça commence avec le chant des Partisans, puis le diaporama souvenir. C’est au tour de notre chanson, puis du poème de Sabrina, du diapo spécial Annie et enfin…Des cadeaux et des bisous. La plupart sont émus aux larmes : l’effet boule de neige de certaines émotions trop enfouies et qui ont besoin de surgir. Certains craquent véritablement et ce sont les calins des autres qui aident. « C’est quoi cette cohésion du groupe ? » s’est demandé Sylvain surpris de voir l’effet que peuvent avoir 10 jours si forts. C’est ça aussi le voyage : c’est une aventure humaine et lorsqu’elle touche à sa fin, forcément, il y a quelque chose qui se brise en nous. C’est inéluctable.

Pour ne pas gâcher le plaisir d’être ensemble, nous entamons la soirée au bar (avec un cigare pour Guigui, Will & Sylvain-eastwood.) Le « spectacle » terminé, nous descendons tous dans la boîte vide du Club-Med pour plusieurs heures endiablées. Discrète, il est quand même à noter que c’est notre Coline qui dansa le plus, sans interruption et que c’est Sylvain qui brûla la piste. (Il a d’ailleurs vite compris que danser avec moi revenait à quelque chose comme se trémousser avec un pingouin!) Tout y passe : de l’électro aux souvenirs d’adolescence des 2 Guillaume, en passant même par K-Maro. Vient ensuite le 1/4 d’heure slow qui se transforme vite en 1heure15 où quelques confessions sont chuchotées au creux de l’oreille, mais nous n’en dirons pas plus…
Lassés, nous remontons au bar fermé en déclenchant l’alarme et là encore, tout y passe : cercle littéraire sur la vie et l’œuvre de Mr Belin, fouille des coulisses, saut du bar, chansons paillardes, strip-tease, batailles de chaises…
Il est 4 heures du matin, les paupières s’alourdissent et il est temps d’aller dormir quelques heures car demain, le départ ne se fera, hélas, pas sans nous.
Pauline


Photo : Robert, Guy & Nicole écoutant notre chanson. 29.08

9eme jour : Visite des Nations-Unies à Genève et visite du village médiéval de Pérouges

Vendredi 28 août 2009
Si c’est en France que nous avons dormi la nuit dernière, en compagnie de l’équipe de foot de Reims -qui perdit son match le lendemain-, petit retour en arrière pour une visite très attendue du palais des Nations-Unies, à Genève. Après une fouille méticuleuse et l’affirmation que les photos sont autorisées alors qu’Annie avait expressément reçu les ordres contraires, nous pénétrons dans diverses salles (non climatisées) qui regroupent plusieurs hauts lieux de décisions internationales. C’est un peu l’aboutissement de notre voyage, la conclusion de ce chemin de compréhension « Pour une paix durable ». Le passé sulfureux de la SDN défile devant nos yeux et nous nous arrêtons longuement dans la plus grande salle, sorte d’hémicycle qui reçut il y a peu de temps de cela la dernière conférence de l’ONU sur le racisme, accompagnée d’une polémique sur la présence d’Ahmadinejad, président iranien.
Nous sommes véritablement au sein du cœur politique de cette institution qui tente de préserver la paix, mais aussi le développement des pays en difficultés et la protection des enfants. Elle a ses défauts bien sûr, mais c’est aujourd’hui l’une des solutions que l’on a trouvé pour préserver une paix dans notre monde et elle a son importance. Bien entendu, les grandes puissances ne renoncent pas à leurs actions unilatérales, se servent de l’ONU pour assouvir certaines ambitions mondiales (maintenir la paix dans un pays pour maintenir son influence) mais il n’en demeure pas moins que ses domaines d’intervention sont riches et variés et que l’ONU reste l’un des seuls organismes où siègent à la même table 192 États pour faire de la diplomatie.

Visite terminée, déjeuner et promenade digestive dans la cité médiévale de Pérouges, où Gaétan parvient quand même à trouver un étudiant qui partagera la même école que lui sur Toulouse ! Route en France, désormais, nous resterons dans notre pays et dormirons à Thiers où nous préparerons une dernière fois la soirée de demain.

Pauline

Photo : Jacqueline, Marie-Christine, Nicole et Guy admirent, dans les locaux des traducteurs, la réunion qui commence. 28.08

8eme jour : Visite de Lucerne

Jeudi 27 août 2009
Nous quittons le Liechtenstein pour la Suisse où nous nous arrêtons pour visiter Lucerne. Si la guide mollassonne en a vu de toutes les couleurs avec nous, la ville en elle-même est plutôt sympathique. Le drapeau rouge à la croix blanche flotte partout mais soyons honnêtes : peu ont accroché (sauf Nicole, notre élève numéro 1 concernant la prise de notes et la recherche documentaire!).
Après un déjeuner fort peu suisse (ou je suis mauvaise langue), reprise de la route pour près de 3 heures 20 de rires, ronflements, haussements de sourcils et blagues vaseuses. Les deux Guillaume rivalisent mais AGUUUUUULLO remporte tout de même la palme, notamment en arrivant à faire croire n’importe quoi à (presque) n’importe qui, entre passeport à l’hôtel, mauvais côté du lac, changement de villes.
Pauvre, pauvre Alice !
Pauline

Photo : Visite d’une église à Lucerne. Fabien, à droite, montre bien le ton donné par le groupe.
27.08